Les métiers bois

Les métiers bois, pour quoi faire ?

Les métiers bois permettent de réaliser en tressage de multiples produits comme des cordons, tresses, tresses plates, tresses picots, tresses multi-circuits, passepoils, cordes hélicoïdales, soutaches, princesses, serpentines ou croquets, des queues de rat… avec un grain de tressage fin.
Produisant 5 mètres par heure, les métiers bois permettent l’utilisation de fils fins et délicats (coton au titrage fin, viscose, soie, ...).

Nous produisons aussi des quantités importantes en ajoutant en ligne sur le menard plusieurs métiers identiques.

Comment utiliser lors de la création de vos vêtements les produits des métiers bois :

Les métiers bois tressent lentement des produits fins et délicats

Un savoir-faire ancestral qui perdure grâce à la SCF.

Un métier à tresser en bois
Un métier à tresser en bois

L’histoire des métiers bois de Saint Chamond

La Société Choletaise de fabrication a acquis en décembre 2013, 1050 métiers à tresser en bois de la fin du XIXème siècle, les plus anciens étant de 1830. Des métiers qui sont riches en histoire et conservés grâce à un passionné, M. Guy Camus. Il nous a transmis son savoir-faire rare.

L’origine de ce parc unique et extraordinaire remonte au rachat d’une entreprise par M. Camus père ; il s’agit d’une activité qui existait depuis le début du XIXème (1833) à Saint Chamond, Auvergne.

Lorsque Guy Camus a repris l’entreprise à la suite de son père, il l’a relancée et fortement développée. Il a régulièrement acheté des machines, les a remises en état, … dans un souci de préserver les savoir-faire. Ainsi, lors du déménagement de l’entreprise dans de nouveaux locaux, Guy a contribué à la création du Musée de la Tresse et du Lacet à la Terrasse-sur-Dorlay et y a laissé une cinquantaine de métiers. Deux métiers sont aussi au Musée des Arts et Métiers à Paris.

La conception de ces métiers à tresser date de 1748, Thomas Wadford (de Manchester) en est l’inventeur. M. Perrault, en 1785, a développé l’idée de M. Wadford pour mettre au point une pièce, la patte d’oie, qui a permis d’automatiser ces métiers.

De 1830 jusque dans les années 60, Saint Chamond a été la capitale de la tresse et du lacet et regroupait 14 fabricants de métiers bois. Dans la première moitié du 20ème siècle toutes les jeunes filles ou femme de la région de Saint Chamond ont travaillé un temps sur les métiers bois.

C’est également à Saint Chamond qu’a été inventé et fabriqué les premiers lacets. L’embout était en ferret métallique.

Un métier à tresser en bois
Un métier à tresser en bois

SCF relance la production du lacet haut de gamme

Il s’agit de fabriquer un cordon sur les métiers bois, de le cirer ou glacer (selon le type de rendu souhaité) puis d’y poser les embouts (acétate ou métalliques). Nous obtenons un lacet souple et ayant un aspect uniforme et lisse.

Nous disposons d’embouts en acétate de couleurs. Ainsi, rien de plus chic pour un lacet noir d’avoir un embout noir donnant un aspect mat.

Des produits pour la confection et la lingerie

La tresse plate est idéale pour la confection, elle permet de tenir, embellir tout en étant souple. En viscose ou en laine, elle peut aussi faire une ceinture de robe.
La serpentine, la soutache, la tresse feston ou la tresse picot permettent d’apporter de l’originalité.

Des produits pour les brodeurs

Tradition française de la haute couture, les brodeurs utilisent les soutaches, princesses, cordons, tresses plates... produits sur les métiers à tresser en bois. La finesse du grain s’associe à merveille à la précision de leurs réalisations.

Bracelet en cordon
Chaussure avec une soutache
Un métier à tresser en bois
Un métier à tresser en bois
Chaussures et de beaux lacets
Chaussures et des lacets haut de gamme
Serpentines et tresses plates
Tresses plates en soie et en fils métalliques
Serpentines et tresses plates
Frange & tresse plate
Un métier à tresser en bois
Un métier à tresser en bois et une tresse plate